Technologie

La crypto en offline pour palier aux problèmes de connexion en Afrique

Il est aujourd’hui possible d’envoyer une crypto-monnaie sans connexion Internet.

Plusieurs entreprises et particuliers s’efforcent de rendre ce phénomène de plus en plus populaire, sans réel succès, principalement en raison des limitations que cette monnaie entraîne.

En effet, il est difficile pour certaines régions d’utiliser des crypto-monnaies car il faudrait une connexion internet fonctionnelle pour pouvoir échanger des crypto-devises, les pièces numériques étant stockées sur la toile.

En Afrique, l’internet n’est pas encore accessible facilement. Bien que le nombre de personnes sur le continent qui bénéficie d’une connexion a quadruplé au cours des dix dernières années, cela n’est toujours pas suffisant. Il faudra encore des décennies avant qu’Internet n’atteigne réellement toutes les villes africaines.

Certains pays, comme le Nigéria, sont en avance, mais certains pays plus petits, comme le Burundi, restent loin derrière avec seulement 6% de la population burundaise ayant accès à Internet. Ces facteurs rendent difficile la commercialisation et l’utilisation de la cryptomonnaie en Afrique.

Quelle est la difficulté ?

Les crypto-monnaies font face à des défis partout dans le monde. Les pays développés débattent des lois et des réglementations tandis que les pays sous-développés se soucient de l’impact au niveau des coûts.

Cependant, le défi en Afrique est unique à bien des égards. Selon certaines enquêtes nationales et internationales, les citoyens sont intéressés par l’utilisation de cryptos, mais ne peuvent le faire sans accès à internet.

Certaines startups locales et internationales sont également apparues en Afrique, mais elles nécessitent toutes une connexion Internet fonctionnelle pour effectuer des transactions de cryptomonnaies. Cela a empêché la crypto-monnaie de se développer correctement dans la région.

La demande est là

Le contexte socio-économique et politique de l’Afrique a toujours fait l’objet de débats intenses, mais le potentiel s’est tout de même considérablement accru dans la région.

Prenons exemple de Paxful, une plate-forme de renommée mondiale proposant des devises numériques et dont le plus gros marché se situe au Nigéria. Malgré ce succès, le site n’est pas en mesure de réaliser son plein potentiel en raison de ses limitations.

De même, l’Afrique du Sud arrive en tête de liste en ce qui concerne la propriété de cryptomonnaie par rapport au nombre total d’utilisateurs disposant d’une connexion Internet.

Malgré cela, les entreprises sont positives. Angus Brown, responsable des startups de crypto les plus populaires en Afrique du Sud, a même déclaré:

“L’arrivée de la téléphonie mobile en Afrique a explosé et presque tous les adultes (et de nombreux adolescents) ont maintenant accès à un téléphone mobile. En Afrique du Sud, il existe environ ± 100 millions de cartes SIM actives pour une population de 55 millions.

Plus de la moitié de ces téléphones sont des smartphones, même si beaucoup sont des téléphones basiques – les Android domine le système d’exploitation. Le véritable défi est le coût des données, qui est beaucoup plus élevé que nécessaire en Afrique du Sud. […] Cependant, il existe de nombreux autres pays où les transactions mobiles et les paiements P2P deviennent rapidement omniprésents.”

Voici la solution

Les entreprises de crypto-monnaie ont vite compris la nécessité de trouver une solution. La question de la connectivité a même été la source de solutions innovantes. DASH a déjà introduit Dash Text, un service qui permet aux utilisateurs d’échanger des données cryptées via des messages texte.

Actuellement disponible uniquement au Venezuela et en Colombie, le service pourrait bientôt être étendu à d’autres régions, notamment en Afrique. Il permet aux utilisateurs de créer leur propre portefeuille numérique, d’envoyer et de recevoir des cryptos et de vérifier le solde en envoyant des messages texte.

Ce service utilise des commandes prédéfinies pour répondre aux demandes, le système est rapide, sûr et fiable. De plus, il est gratuit, ce qui le rend très lucratif. Selon leur site Web, il existe actuellement 3 400 portefeuilles Dash.

La situation politique actuelle au Venezuela a conduit à l’adoption de Dash Texte l’année dernière, ce qui constitue un bon point de départ, le pays étant touché par les pannes de courant sur Internet.

Alors que le Venezuela se présente comme un solide argument en faveur de l’utilisation hors connexion des cryptos, le vaste bassin d’utilisateurs cryptomonnaies potentiels non connectés en Afrique cherche une autre solution.

ONEm Communications, une société basée à Londres, a annoncé le lancement de son programme mCoin à travers l’Afrique en septembre de l’année dernière. Cette monnaie numérique pouvant être transférée sur du texte ou via une application.

Les détenteurs du porte-monnaie ONEm peuvent envoyer mCoin à d’autres membres de la communauté en utilisant une adresse de portefeuille sous la forme d’un nom d’utilisateur via l’application, mais ils peuvent également envoyer mCoin depuis un portefeuille SMS hors connexion vers un portefeuille numérique.

Selon le cofondateur et PDG Christopher Richardson, le portefeuille SMS a été créé pour refléter un portefeuille de chambre froide. De manière très similaire à Dash, le portefeuille fonctionne avec un ensemble de codes courts.

Les entreprises locales s’en mêlent

Dash Text pourrait être une bonne option, mais le site n’est actuellement pas disponible en Afrique. De plus, cela pourrait ne pas suffire puisqu’un grand nombre de personnes dans le pays n’a également pas accès à un téléphone portable.

Centbee travaille dur pour résoudre ce problème. La société permet aux clients de se connecter une seule fois à Internet et d’avoir accès au cryptage pour pouvoir être utilisé même hors ligne.

La startup utilise un système de bons pour toucher un public plus large.

Brown explique :

“Un client Centbee peut créer un code-barres lorsqu’il dispose d’une connectivité (par exemple au travail ou à la maison). Ils n’ont pas besoin d’être en ligne quand ils affichent ce voucher dans le magasin, ce qui leur permet d’économiser le coût des données. Les magasins sont toujours connectés, car leurs bases de données de points de vente sont dans le cloud et ils ont besoin d’une connectivité aux systèmes bancaires.”

Cette solution fonctionnera-t-elle vraiment?

Difficile à dire.

L’Afrique est un continent qui reste imprédictible mais il est crucial de rester positive quant à l’avenir. La population africaine peut être méfiante vis-à-vis des banques à cause des frais élevés, de la corruption et du manque d’infrastructures. La crypto monnaie pourrait être une solution simple et naturelle, pour pallier à ce manque de confiance.

Les entreprises doivent s’assurer qu’elles s’adressent à tous les utilisateurs et proposer une solution peu coûteuse, facile à utiliser et facilement disponible.

Les entreprises travaillent toujours pour trouver de meilleures solutions, et nous pourrions bientôt entendre parler de nouvelles options.

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close