Business

LinkedIn: La Blockchain sera la compétence la plus demandée en 2020

Une étude de LinkedIn Learning, le réseau qui comptabilise plus 660 millions de professionnels et plus de 20 millions d’emplois a révélé les compétences techniques les plus demandées en 2020. C’est la compétence blockchain qui occupe la première place.

Dans l’espace blockchain et crypto-monnaie, la conclusion n’est pas surprenante. Les partisans savent que qu’importe le prix que va atteindre le Bitcoin, la technologie blockchain est là pour rester. En fait, il est susceptible de devenir une technologie fondamentale de la quatrième révolution industrielle aux côtés de l’intelligence artificielle, de machine learning et de l’IoT.

Pourtant, en dehors de la sphère de la blockchain et de la crypto-monnaie, on pourrait supposer que l’IA, sur une courbe d’accélération majeure pour 2020, dépasserait la facture des compétences demandées. Au lieu de cela, l’étude de LinkedIn place l’IA au quatrième rang de la liste des compétences dont les entreprises auront le plus besoin cette année à venir.  Le raisonnement analytique se trouve à la troisième place et le cloud computing en deuxième place. Fait intéressant : la blockchain ne faisait même partie de la liste des compétences demandées sur LinkedIn l’an dernier.

L’auteur de LinkedIn Learning Deanna (Lazzaroni) Pate écrit à ce sujet:

«La nouvelle façon de la blockchain de stocker, valider, autoriser et déplacer des données sur Internet a évolué pour stocker et envoyer en toute sécurité tout actif numérique. La faible offre de professionnels possédant cette compétence est [sic] en forte demande. »

Le potentiel de la blockchain s’étend beaucoup plus loin, selon un rapport du Forum économique mondial (WEF) publié en 2017 car la blockchain a «des implications économiques et sociales de grande envergure».

Elle peut garantir de manière transparente l’intégrité et le transfert direct de valeur entre les parties. Cette valeur peut désormais être des actifs numériques ainsi que la représentation et le processus des actifs physiques, la documentation contractuelle, juridique et même du contenu en tout genre. Tous les éléments mis en évidence peuvent être partagés uniquement entre les parties prenantes autorisées et en temps réel.

Sheila Warren, responsable de la technologie Blockchain et de Distributed Ledger pour le WEF, a écrit le 2 janvier qu’en 2020 «nous prévoyons une expérimentation accrue des modèles de blockchain hybrides» dans le secteur financier et le secteur public. Warren décrit ces modèles comme «un excellent moyen d’augmenter notre aisance avec la technologie», ajoutant:

«Nous ne sommes pas près de réaliser la promesse de systèmes vraiment décentralisés, mais l’espace continue d’évoluer de façon passionnante, et ce n’est qu’une question de temps avant que quelque chose d’énorme gagne du terrain.»

LinkedIn affirme que la blockchain « est devenue une activité à part entière pour ce qui est qui du monde de l’entreprise – IBM, Oracle, JPMorgan Chase, Microsoft (la société mère de LinkedIn), Amazon et American Express sont intéressés par la blockchain,  pour n’en nommer que quelques-unes. »

Pour illustrer, la semaine dernière, une nouvelle application de la blockchain le logiciel Food Trust d’IBM, utilisé pour «Thank My Farmer», a déjà été annoncée. En 2019, JPMorgan Chase est devenue la première banque américaine à soutenir sa propre crypto-monnaie – JPM Coin.

La dernière étude de LinkedIn pourrait bien indiquer que 2020 pourrait être une année de développement important de la blockchain alors que les start-ups, les entreprises et les gouvernements recherchent des talents liés à la blockchain pour leurs projets.

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close