Finance

Société Générale émet une obligation de 100 millions de dollars sur la Blockchain Ethereum

La troisième banque en France et la sixième en Europe a annoncé que son unité d’obligations sécurisées, Société Générale SFH, avait émis sa première obligation sécurisée sous forme de jeton de sécurité (security tokens) sur une blockchain publique.

D’une valeur de plus de 100 millions d’euros, l’obligation sécurisée a été directement enregistré sur la blockchain Ethereum dans le cadre du premier projet pilote de blockchain par la Société Générale et la Société Générale FORGE. Cette dernière est une startup interne de la Société Générale du programme «intrapreneurial» de la banque. La Société Générale FORGE se concentre sur l’utilisation de la blockchain pour développer de nouvelles activités sur le marché des capitaux numérique. Cela selon le communiqué de presse de la Société Générale du 23 avril 2019.

En savoir plus sur l’obligation

Les obligations sécurisées sont des titres de créance émis par des institutions financières et garantis par un pool d’actifs. Cela permet à l’obligation de rester couvert en cas de défaillance. Ces obligations sont soumises à une législation spécifique protégeant les créanciers obligataires.

Les obligations sécurisées sont considérées comme plus sûres que les titres adossés à des actifs car «les prêts adossés à une obligation sécurisée restent au bilan de la banque émettrice». En cas de faillite, par exemple, les investisseurs dans l’obligation sécurisée ne perdent pas leur accès à la couverture.

La banque française cherche à gagner en efficacité pour les émissions d’obligations utilisant la technologie blockchain. Selon le communiqué de presse, la blockchain a été utilisée en raison des nombreux avantages liés à l’émission d’obligations. Ils prévoient une «valeur ajoutée» grâce à l’évolutivité du produit, à la réduction des délais de mise sur le marché, à l’automatisation informatisée et aux avantages d’une transparence accrue, d’une transférabilité et d’un règlement plus rapides. Non seulement cela, la banque espère également réduire les coûts et le nombre d’intermédiaires impliqués dans l’émission d’obligations.

L’adoption de la blockchain par SoGen n’est pas nouvelle

L’émission d’obligations n’est pas la première exploration de la blockchain par la Société Générale. Cela fait plusieurs années qu’elle est impliquée dans d’autres initiatives telles que we.trade et Komgo SA.

La première est une plate-forme de financement du commerce basée sur une blockchain qui est maintenant disponible pour les entreprises clientes de la Société Générale en France. Ils ont des partenaires tels que HSBC, Eurobank, Santander, UniCredit et UBS. La plateforme relie tous les acteurs impliqués dans une transaction sur une seule plateforme. Le réseau basé sur la blockchain améliore non seulement l’expérience globale des clients lors de transactions internationales, mais met également en œuvre des pratiques rentables.

La dernière, la plate-forme blockchain de Komgo SA, regroupe cependant 15 des plus grandes banques et sociétés du monde qui se sont entendues pour parvenir à un consensus sur la manière de tirer parti des avantages de la numérisation. Dans leur mission de mener la révolution de la blockchain dans le commerce international des matières premières, ils souhaitent faciliter le processus de financement impliqué dans l’échange de matières premières, tels que le pétrole.

De l’autre côté de la chaîne anglaise, une banque basée à Londres, Kleinwort Hambros, appartenant à la Société Générale, a également annoncé une étape dans la blockchain plus tôt en avril. Kleinwort Hambros a lancé une Exchange-Traded Note (ETN) activement géré qui vise les investissements dans le secteur de la blockchain.

Le gestionnaire de portefeuille de Kleinwort Hambros, John Birdwood, a déclaré que la nouvelle «note de blockchain» vise à satisfaire l’intérêt des clients pour l’investissement dans la blockchain. Et le nouveau produit offrira à ses clients «une exposition diversifiée aux offres de technologie de blockchain prometteuses en matière de croissance».

Toutes liées à la finance et au commerce, ces plateformes montrent comment la technologie peut traiter différentes solutions et influer directement sur le commerce et les paiements transfrontaliers, en mettant en relation les grands et les petits acteurs du monde entier.

La Société Générale affirme que l’innovation est au cœur de son ADN et constitue une priorité du plan de croissance de la banque. La startup, Société Générale FORGE, est l’une des 60 startups internes lancées par le programme «Internal Startup Call» de la banque. Le programme lancé en novembre 2017 a pour objectif de faire émerger des projets internes «perturbateurs». Selon la Société Générale, ces projets «vont au-delà des services bancaires traditionnels». Suite à l’appel à propositions du programme, plus de 600 projets ont été soumis par les équipes du groupe Société Générale en France et à l’étranger.

Loi PACTE – L’investissement le plus important de la France est dans la blockchain

Ce développement est d’une importance particulière dans l’environnement français. La France cherche à être un leader dans les technologies perturbatrices. Un nouveau cadre nommé Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises (PACTE) est l’un des principaux investissements de la France dans les nouvelles technologies.

Parmi les six actions principales destinées à encourager l’innovation en France, il convient de souligner les «Fonds pour l’innovation et l’industrie» et les «ICO». En décembre 2018, des députés français ont recommandé au gouvernement français d’investir 500 millions d’euros dans la technologie de la blockchain au cours des trois prochaines années.

Le gouvernement français a adopté la loi PACTE visant à créer un cadre juridique pour les ICO en septembre 2018. La loi PACTE permet aux émetteurs de l’ICO de demander un visa à l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) pour créer des offres de jetons en France. L’obtention de l’approbation de l’AMF renforce non seulement la protection des investisseurs, mais également la crédibilité des projets ICO, car elle garantit, lors de l’offre, que les émetteurs respectent leurs obligations en matière de visa.

De tels cadres juridiques pour les ICO et les jetons dissipent les incertitudes des sociétés de blockchain et de cryptomonnaie et peuvent les encourager à se lancer et à prospérer dans un pays accueillant pour le secteur.

Les titres numériques – une tendance mondiale

Bien qu’il s’agisse d’une nouveauté en France, les avantages de la numérisation des titres ont été débloqués autour du monde. L’émission d’obligations sur une blockchain par des institutions et des pays hérités est devenue une réalité. Ce qui semblait autrefois être une grande chose se produit actuellement, car le taux d’adoption de la blockchain dans la finance ouverte devrait augmenter régulièrement.

Selon Asia Times, l’Afghanistan et la Tunisie sont sur le point d’émettre des obligations souveraines en bitcoins. En octobre dernier, l’Autriche a utilisé Ethereum pour émettre un emprunt obligataire de 1,35 milliard de dollars. Prévu pour être mis aux enchères, l’une des plus grandes banques du pays, l’Oesterreichische Kontrollbanka exploité le service de notarisation de blockchain et émis les obligations pour le compte du Trésor autrichien. L’année dernière également, en août, la Banque Mondiale a confié la création de la première obligation mondiale à la blockchain à la CBA (Banque du Commonwealth d’Australie). Bond-i a été développé avec l’aide de Microsoft et est basé sur Ethereum.

La réaction du public a été plus forte que prévu et, en deux ans, l’obligation a permis de lever 110 millions de dollars australiens.

Les possibilités dans ce domaine ont également été débloquées dans différents secteurs. Les jetons de sécurité sont maintenant utilisés pour faire des affaires différemment, implémentés dans des actifs immobiliers, des fonds d’investissement, des fonds propres et même des beaux-arts.

Le dernier mot

L’émission par la Société Générale d’une obligation sécurisée utilisant la blockchain représente un événement marquant pour la communauté française. Les investissements dans la technologie sont élevés car le pays encourage le développement de solutions visant à devenir un joueur de jeu dans le domaine.

Cependant, ils ne sont pas seuls. L’adoption progresse à un rythme stable dans le monde entier, les acteurs privés et publics se dépêchant de se joindre à la tendance. Même s’il existe un «battage publicitaire» lié à tout ce qui est crypto et blockchain, des cas d’utilisation réels émergent, montrant le potentiel de la technologie au-delà des ICO.

De nombreux pays et acteurs travaillent dur pour montrer le véritable potentiel des nouvelles technologies. Nous prévoyons que 2019 sera l’année des percées !

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close