Finance

Comment cette jeune de 26 ans aide les gens qui sont sans-banques avec la blockchain

La technologie aide aussi les gens à économiser de l'argent sur les envois de fonds

Si le manque de connaissances techniques en termes de crypto-monnaies et de blockchain vous a empêché de démarrer votre propre projet dans ce domaine, cette jeune de 26 ans qui a abandonné ses études universitaires vous laissera surement inspiré.

Maxine Ryan était nouvelle en termes de la technologie il y a cinq ans et elle n’est pas une experte, même maintenant, admet-elle.

Mais tout cela ne l’a pas empêchée de générer des revenus grâce à cette technologie complexe. Elle a conçu une entreprise de paiement multinationale pour économiser de l’argent.

Ryan est maintenant la cofondatrice et la responsable des opérations de la plateforme de paiement basée sur la blockchain, Bitspark. Ce projet permet aux gens d’envoyer de l’argent vers l’étranger en évitant toute demander de compte bancaire ou d’honoraires.

Ryan a lancé la startup en 2014 avec son ami, qui est PDG, George Harrap, après s’être rencontré via une colocation en Australie.

Prendre la route la moins fréquentée

La blockchain n’était pas aussi connue en 2014 qu’aujourd’hui, elle en était encore à ses débuts. Cependant, des monnaies telles que le bitcoin faisaient les gros titres. C’est à ce moment-là qu’elle s’est rendu compte qu’elle devait faire quelque chose qui puisse être dans le même sens que son diplôme en relations internationales.

Alors, quand Harrap, un ingénieur électricien, expliqua à Ryan tout ce qui était associé à la blockchain, quelques heures plus tard, elle abandonna ses études (elle lui restait six mois pour obtenir son diplôme) et le duo se mit à travailler pour développer un cadre pouvant aider les travailleurs mal desservis et à faible revenu vivant à Hong Kong, qui est aussi l’origine de Ryan.

Les chiffres sont choquants. Selon la Banque mondiale, jusqu’à un milliard d’adultes vivent sans compte bancaire en Asie seulement. Il est donc difficile pour eu d’envoyer de l’argent à leurs familles résidant dans leur pays d’origine. Même si cela est possible par quelques méthodes, il faut payer des frais élevés. C’est ce qu’adresse Bitspark et a réussi jusqu’à présent à le faire.

Le réseau permet également aux utilisateurs et aux utilisateurs précoces de «faire partie de la croissance» grâce au jeton de récompense ZEPH.

Elle n’a jamais regardé en arrière

Faire avancer les choses était difficile. La technologie est complexe, admet-elle. Cependant, le duo s’est occupé de tous les obstacles et a rapidement formé une équipe de 17 spécialistes des technologies de l’information répartis en Europe et en Asie.

Aujourd’hui, Bitspark a des partenaires dans sept pays, dont le Ghana, l’Indonésie, la Malaisie, le Nigeria, le Pakistan, les Philippines et le Vietnam.

Travail acharné bien payé

Ryan a acquis une reconnaissance au fil des années. Elle faisait partie de la liste des 30 Under 30 du magazine Forbes et a également mérité une place dans le programme Innovation Lab d’Accenture.

Article similaire:

Comment la microfinance basée sur la blockchain pourrait augmenter l’inclusion financière

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close