Finance

Comment la microfinance basée sur la blockchain pourrait augmenter l’inclusion financière

Les coûts de transaction élevés et la lenteur des processus de connaissance du client KYC posent des problèmes aux emprunteurs et aux prêteurs de microfinance. La technologie de la blockchain pourrait apporter des solutions à ces problèmes.

Milton Friedman a déclaré: « Les pauvres restent pauvres, pas parce qu’ils sont paresseux, mais parce qu’ils n’ont pas accès au capital. »

En effet, obtenir des prêts bancaires est difficile pour les petites entreprises du monde entier. Mais c’est presque impossible dans les pays en développement.

Si un agriculteur au Kenya a besoin d’acheter des semences pour planter des légumes pour la saison suivante, il aura besoin d’argent. Dans certains cas, une petite somme de seulement 50 $ peut faire toute la différence.

Cependant, cet argent ne viendra pas de la banque. Sans antécédents de crédit et un accès minimal aux banques, les petits agriculteurs kényans ne peuvent emprunter de l’argent qu’à des intermédiaires locaux, qui en retirent souvent la majeure partie des bénéfices des agriculteurs.

C’est un scénario courant dans les pays en développement. Ainsi, l’idée de «microfinance» était née pour aider les petites entreprises à accéder au financement.

Cela permettrait aux entreprises «non bancables» ou «sous-bancarisées» de développer leurs activités sans avoir à compter sur les usuriers.

Coûts de transaction élevés et processus de KYC lents

L’idée de la microfinance est simple mais sa mise en pratique ne l’est pas.

Premièrement, bien que la plupart des institutions de microfinance ne soient pas des banques, elles fonctionnent avec l’aide de banques du secteur privé. Par conséquent, ils font face à des coûts de transaction élevés, ce qui entraîne des taux d’intérêt et des frais de transaction élevés pour les emprunteurs.

Deuxièmement, les emprunteurs de microfinance sont souvent basés dans des régions éloignées et ne disposent que de peu ou pas de paperasserie pertinente pour leurs activités. Ainsi, les processus de KYC sont lents et difficiles.

«Le problème de la microfinance est que les personnes qui investissent dans la microfinance sont complètement invisibles pour ceux qui obtiennent la microfinance, et inversement», a déclaré Ashish Gadnis, PDG de BanQu, une société qui construit une plate-forme d’identité Ethereum blockchain.

La technologie de la blockchain fournit des solutions

La technologie de la blockchain pourrait offrir des solutions à ces problèmes.

La blockchain permet de connecter directement les emprunteurs et les prêteurs, éliminant ainsi le besoin de banques locales. Cela pourrait réduire considérablement les coûts de transaction.

En outre, une transparence accrue pourrait améliorer les processus de connaissance du client KYC. Brad Chun, CTO de la plate-forme de transfert et de prêt d’égal à égal, Moeda, explique que la blockchain permet une auditabilité plus facile et améliore l’efficacité opérationnelle. Les deux, dit-il, entraîneront une réduction des coûts de prêt.

Moeda est une startup brésilienne, qui a remporté la première place d’un hackathon sponsorisé par les Nations Unies. L’accès limité aux services bancaires est un obstacle majeur pour les petites entreprises au Brésil. En conséquence, ils sont obligés de contracter des emprunts à des taux d’intérêt annuels allant jusqu’à 4 000%.

Moeda s’appuie sur la technologie de la blockchain pour réduire les coûts de crédit. Une fois les projets approuvés, les prêteurs en microfinance peuvent envoyer de l’argent directement aux destinataires sans avoir recours à divers intermédiaires.

Créer des identités de prêt

Un autre problème que la technologie de la blockchain pourrait résoudre est le manque de données. Les emprunteurs ne peuvent pas démontrer d’historique de crédit, car ils sont invisibles pour le système bancaire. En conséquence, les banques n’ont aucun moyen d’évaluer la solvabilité de l’emprunteur.

La technologie de la blockchain pourrait permettre aux petites entreprises dans les pays en développement de se doter d’une identité de prêt numérique reposant sur leurs propres profils de crédit et leurs historques économiques.

BanQu a mis en place une telle identité de prêt numérique dans cinq pays. La société collecte des données financières historiques, des registres fonciers, des réseaux de confiance et des documents d’enregistrement auprès de petites entreprises et leur permet de démontrer leur solvabilité aux prêteurs potentiels.

Ashish Gadnis explique: «Si je veux prêter en tant qu’institution de microfinance, je sais en réalité qui est l’agriculteur, de quelle terre il dispose, combien il produit, donc je n’ai pas besoin de quatre intermédiaires. »

Twiga Foods, un marché agricole au Kenya, est un autre exemple. La société s’est associée à IBM et utilise la technologie blockchain pour suivre les transactions effectuées par les agriculteurs locaux qui utilisent la plateforme pour vendre leurs récoltes à des vendeurs locaux. Ces données peuvent ensuite être utilisées par les agriculteurs locaux pour démontrer leur histoire économique lors de la demande de prêt pour une petite entreprise.

De même, la société américaine Uulala a créé une application que les clients peuvent utiliser pour effectuer des transactions financières. L’application stockera les opérations sur un registre basé sur la blockchain. Ces données sont ensuite utilisées pour créer un crédit score afin de prévoir les capacités financières et la solvabilité de l’utilisateur.

Défis à venir

La technologie de la blockchain peut aider des millions de petites entreprises à accéder au financement et à rompre le cycle de la dette en réduisant les coûts d’emprunt. Cependant, tous les projets mentionnés ci-dessus sont encore à leurs débuts et, comme toujours, la preuve révèle à l’usage.

Un des défis consistera à amener les emprunteurs potentiels à utiliser la technologie. Les petites entreprises des pays en voie de développement fonctionnent souvent sans aucun dispositif électronique, sans parler des applications bancaires électroniques.

En outre, non seulement les utilisateurs, mais aussi les gouvernements et les institutions financières traditionnelles doivent travailler avec la technologie et reconnaître les identités de prêt numérique.

Les deux ne seront pas faciles, mais ils ne sont pas impossibles à accomplir. L’inclusion financière est cruciale dans la lutte contre la pauvreté. La blockchain pourrait être la technologie qui nous rapproche un peu plus de cet objectif.

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close