Finance

La France approuve le nouveau cadre juridique des ICOs

Le contenu de cet article a été mis à jour depuis ses publications. Pour plus d’informations, consultez notre dernier article.

Le Parlement français a récemment adopté une nouvelle législation qui servira de nouveau cadre juridique pour les ICOs. L’article 26 – qui fait partie du « Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises (PACTE) » – a été adopté en commission parlementaire le 12 septembre.

Qu’est-ce que cela signifie ?

La nouvelle législation obligera toute entité cherchant à faire une ICO à demander un visa spécial. Les visas ne seront délivrés qu’aux projets qui seront en mesure de fournir certaines garanties aux investisseurs, de vérifier un certain degré de prévisibilité plutôt que de favoriser une offre initiale de type « Wild West » précipitée par l’absence de réglementation.

En plus de créer un processus de demande de visa pour les sociétés ayant des aspirations en matière d’ICO et de fournir aux investisseurs des mécanismes de sécurité spécifiques, la législation fournit une définition juridique des pièces et rend l’investissement dans les ICOs un processus plus transparent. En vertu du nouveau cadre juridique, les émetteurs de pièces sont tenus de tenir les investisseurs informés de l’état d’avancement du projet que l’ICO était censée financer. Cela permettra d’éviter des incertitudes comme celles qui sont apparues après l’ICO de Block.one’s au début de l’année, où la start-up de la blockchain a pu lever un montant record de 4 milliards de dollars de dollars sans donner aux investisseurs des détails sur son produit proposé.

La France devient ainsi le premier pays du G7 à mettre en place un statut juridique dédié aux ICOs. La législation a encouragé certains commentateurs à se demander si la France a l’intention ou non de devenir un  » paradis de la cryptomonnaie« . CCN a même surnommé la France « la première plaque tournante européenne de l’ICO« .

La France innove

L’adoption de la nouvelle loi sur la cryptomonnaie en France a été reçue lors d’un rassemblement la semaine dernière. Le mauvais état de la réglementation gouvernementale sur les cryptomonnaies et la technologie de la blockchain qui les sous-tend sont apparus plus tôt la semaine dernière, lorsque Nick Cowan, PDG de la Bourse de la blockchain de Gibraltar, a ouvertement critiqué l’UE pour son échec à établir une réglementation de la monnaie numérique.

« L’absence d’une réglementation européenne en matière de cryptomonnaie dissuade de bloquer l’innovation dans la chaîne et continuera d’entraver l’adoption de cette technologie par les principaux fournisseurs de services financiers à l’avenir « , a déclaré M. Cowan à Cryptovest.f

Heureusement, la proactivité de la France dans ce domaine pourrait inspirer l’UE et d’autres juridictions et régions économiques à commencer à accélérer la mise en œuvre des réglementations en matière de cryptomonnaie.

Article similaire:

Le bitcoin est-il la réponse à la crise de l’Argentine ?

Mark Townsend

Canadien de souche, Mark Townsend y a étudié la Littérature et l'Histoire. Mark est à la fois trader de crypto-monnaie et passionné de la technologie blockchain. Il s'intéresse aussi à la politique locale et internationale. Il aime voyager et écrire des articles.

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close