Echanges Internationaux

L’utilisation de la technologie blockchain pour moderniser les pratiques du commerce agricole

La rentabilité de l’activité agricole a presque été réduit en moitié depuis les années 1980, au grand désespoir de nombreux agriculteurs et éleveurs. Dans les années 80, l’agriculteur moyen gagnait environ $0,31 cents pour chaque dollar. Aujourd’hui, les agriculteurs gagnent environ $0,16 cents par dollar. Compte tenu des progrès technologiques ayant entraîné une augmentation de la productivité dans divers secteurs agricoles, tels que le matériel agricole, les engrais, l’élevage et le contrôle des maladies, on pourrait supposer que la rentabilité des exploitations devrait être à la hausse. Cependant, ce n’est pas le cas, car le commerce des produits agricoles a fortement stagné vu que l’activité dans ce secteur a resté essentiellement non numérique. Les enregistrements sur papier et les accords verbaux sont encore une pratique très courante entre les agriculteurs et leurs partenaires.

Des pratiques vieillies signifient une perte de capital

Pour les agriculteurs et les éleveurs, suivre les interactions et les transactions des clients à l’aide de logiciels comme Excel, c’est un pas en avant que de compter simplement sur une trace écrite, mais cela ne va pas assez loin pour moderniser le côté transactionnel du commerce dans le secteur. L’échange d’un nombre infini de documentation entre les agriculteurs et leur clientèle, les institutions financières ainsi que des tiers, peut rapidement devenir agité, désorganisé et peut constituer un problème énorme pour l’agriculteur moyen.

En conséquence, des pertes de temps et d’argent considérables auront lieu entre les tiers et les intermédiaires. La simple authentification des documents peut devenir un processus qui prend énormément de temps, et qui est devenu à bien des égards un secteur à part entière, et qui est par conséquent sous-traitée à des cabinets d’avocats ou de consultants pour aboutir efficacement à la fin de la paperasserie.

Dans le secteur agricole, il a été suggéré -avec un certain optimisme de développer un écosystème blockchain, dans la mesure où un écosystème commercial numérique pourrait faciliter efficacement les échanges entre les agriculteurs et les éleveurs et leur clientèle, les institutions financières et les tiers intermédiaires et entrepreneurs.

Bien développée et bénéficiant d’un soutien suffisant, la technologie blockchain pourrait résoudre les problèmes de perte de confiance et de chaos bureaucratique qui entravent le commerce dans le secteur agricole. Et grâce à la réduction des coûts de transaction, au renforcement de la sécurité financière et à la transparence générale de la supply chain, la numérisation des pratiques commerciales agraires pourrait redonner une partie du capital perdu aux intermédiaires et aux tiers, tout en restaurant la confiance entre les acteurs du secteur.

La blockchain a déjà été utilisée dans l’industrie de la viande

Un exemple de technologie de blockchain incorporée dans le secteur agricole existe déjà : une plate-forme basée sur la blockchain a été introduite dans le sud-est des États-Unis afin d’accroître la transparence de la supply chain dans le secteur de la viande de bœuf. Une telle initiative pourrait attirer l’attention des industries de la viande ailleurs, car la transparence de la supply chain entre le ranch et l’épicerie suscite un certain scepticisme parmi les consommateurs moyens et ainsi de nombreuses personnes craignant de ne pas recevoir de viande comme annoncé.

La technologie de la blockchain en tant que mécanisme de sécurité alimentaire ?

Au Royaume-Uni, plus tôt ce mois-ci, la Food Standards Agency (FSA) a mené à bien un projet pilote d’utilisation de la technologie de la blockchain en tant qu’outil de réglementation dans la production alimentaire. Très peu de détails ont été publiés pour éclairer le projet, mais comme la FSA existe pour assurer la sécurité des aliments, nous pouvons parier que la technologie blockchain a peut-être été utilisée pour suivre le respect des normes d’hygiène et de sécurité par les producteurs de produits alimentaires.

La technologie blockchain pourrait commencer à jouer un rôle plus important dans le secteur agricole si des projets comme celui du Royaume-Uni améliorent l’efficacité dans le secteur . Ce sera un secteur passionnant à surveiller au cours des prochains mois.

Mark Townsend

Canadien de souche, Mark Townsend y a étudié la Littérature et l'Histoire. Mark est à la fois trader de crypto-monnaie et passionné de la technologie blockchain. Il s'intéresse aussi à la politique locale et internationale. Il aime voyager et écrire des articles.

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close