Santé

Le gouvernement Indien utilise la blockchain pour combattre les fausses médicaments

Un groupe de réflexion du gouvernement indien travaillerait actuellement sur une solution de type blockchain pour lutter contre l’approvisionnement en médicaments contrefaits qui sévit dans le pays.

Selon le Factor Daily , une publication locale, un groupe de réflexion, ainsi que NITI Aayog (Institut national de transformation de l’Inde) travailleraient sur une solution de démonstration de principe qui devrait être achevée d’ici la fin de l’année en cours, soit fin 2019.

Un responsable de la NITI Aayog a déclaré: «Nous utilisons tous ces médicaments [contrefaits], et je suis sûr que des personnes en meurent. Une façon de réduire cela consisterait à placer toute la chaîne d’approvisionnement dans la blockchain. ”

Selon un rapport publié par l’OMS en 2017, % des médicaments contrefaits vendus dans le monde sont fabriqués par l’Inde. En outre, 20% des médicaments vendus en Inde sont falsifiés.

En outre, entre 60 et 70% des suppléments alimentaires vendus en Inde sont soit non approuvés, contrefaits, faux ou non enregistrés, selon Assocham.

C’est peut-être la raison pour laquelle l’industrie pharmaceutique indienne, dotée de $26 milliards de dollars,  apporte tout son soutien à cet essai.

NITI Aayog prévoit de générer un numéro d’identification unique pour chaque médicament, qui serait ensuite suivi via une chaîne d’approvisionnement centralisée sur une blockchain dédiée. Avec ce système en place, les entreprises et les consommateurs pourraient accéder à la source et à l’historique du médicament en scannant simplement le code à barres ou le QR code présent sur la boite du médicament.

«Les faux médicaments sont un sujet de préoccupation et, si la blockchain peut aider l’industrie à s’en débarrasser, nous sommes prêts à le développer», a déclaré le secrétaire général de l’Alliance pharmaceutique indienne, Dilip G. Shah. Il a ajouté que si le gouvernement pouvait considérer cela comme un coût supplémentaire et était prêt à compenser, l’industrie n’aurait aucune objection.

Cependant, le coût est une question à court terme qui doit être traitée. La mise en place de la blockchain pour l’ensemble du stock de médicaments du pays et la codification à barres de tous les médicaments généreraient une perte de production d’au moins 25%, a ajouté Shah.

NITI Aayog a déjà trouvé un partenaire technologique pour ce projet d’essai. Et actuellement, l’organisme recherche un partenaire technologique capable de mettre en œuvre l’ensemble du modèle et de le développer.

Il est important de noter que NITI Aayog n’est pas seulement entrain de faire des essais pour l’industrie pharmaceutique uniquement,  mais aussi à d’autres test pour des contrôles de conformité similaires destinés à l’éducation, à l’agriculture et aux soins de santé sont également en préparation. Tous ces efforts de blockchain sont tout à fait conformes au mandat rendu public par le Premier ministre indien, qui avait demandé l’adaptation rapide des technologies innovantes et disruptrices.

Il serait intéressant de voir avec quelle rapidité le projet sera lancé en temps réel et s’il réussira à lutter contre les médicaments contrefaits.

Article connecté:

La Technologie de la Blockchain pour améliorer les données personnelles et la confidentialité des paiements

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close