Business

La blockchain pour l’industrie de la mode et du luxe

L’industrie de la mode et du luxe est devenue tristement célèbre pour son impact environnementale et pour ses conditions de travail inhumaines. Les solutions de suivi basées sur la blockchain peuvent autonomiser les consommateurs en fournissant des informations sur la chaîne d’approvisionnement.

L’industrie de la mode d’aujourd’hui se porte, d’un point de vue ds consommateurs, plutôt mal. C’est le deuxième pollueur au monde après l’industrie pétrolière. Voici quelques faits importants:

Pollution de l’eau: dans de nombreux pays de production de vêtements, les eaux usées toxiques non traitées des usines textiles sont déversées directement dans les rivières.

Émissions: l’industrie du vêtement représente 10% des émissions mondiales de carbone.

Déchets: Chaque année, la fabrication de produits textiles produit 92 millions de tonnes de déchets solides, dont la plupart sont mis en décharge ou enfumés.

Conditions de travail: De nombreuses marques de l’industrie de la mode paient à peine leur salaire minimum à leurs employés. Les travailleurs du textile sont souvent obligés de travailler de 14 à 16 heures par jour, 7 jours par semaine. Les employés travaillent souvent sans ventilation, respirant des substances toxiques, inhalant de la poussière de fibres ou autre produits toxiques, dans des bâtiments plus est plus, sont dangereux.

Pour résumé: l’industrie mondiale de l’habillement qui pèse 800 milliards de dollars, qui est toujours dans une logique de plus en plus rapide,  est devenue tristement célèbre pour ses déchets et son gaspillage.

La technologie de la Blockchain propose des solutions: traçabilité et transparence

Bien que les problèmes énoncés ci-dessus soient des faits bien connus, les consommateurs n’ont pas suffisamment d’informations sur les chaînes d’approvisionnement des fabricants pour être en mesure de comprendre comment les marques de mode produisent réellement leurs vêtements. Les labels du commerce équitable et des objectifs autoproclamés de responsabilité sociale et d’entreprise (SCR) s’avèrent être au final des outils de marketing plus qu’autre chose.

Avec la blockchain, il existe une solution à portée de main qui pourrait assurer la traçabilité et la transparence dans les chaînes d’approvisionnement de l’industrie de la mode. Les solutions liées à la blockchain peuvent créer un lien physique-numérique entre les biens et leurs identités (numériques). Un sceau cryptographique ou un numéro de série sert d’identifiant physique, renvoyant alors à  «l’identifiant numérique» du produit.

Cette identité numérique est ce sur quoi les marques parient. C’est à la micro-échelle que les experts s’attendent à ce que la blockchain fasse une différence. C’est là que les magasins jouent un rôle important, en particulier dans l’univers du luxe. Ils agissent comme un sceau de référence, s’engagent à vendre un produit lié à une identité numérique, favorisent la confiance du client et améliorent in fine la relation client-marque.

Parce qu’un produit a une identité numérique basée sur la blockchain, il est également livré en indiquant qu’il n’est pas un article frauduleux. L’expérience d’achat change à mesure que l’image de marque est préservée et que l’acheteur ne connait pas de déception.

Le marché des articles de luxe d’occasion – preuve d’authentification

Au-delà de la lutte contre la fraude, une identification via la blockchain permet de renouer avec le marché des articles de luxe d’occasion. Après avoir connu une popularité croissante, les objets d’occasion peuvent bénéficier d’une authentification et  une preuve d’origine, grâce à la blockchain.

fashion-luxury-industry-blockchain-use-case-BlockchainLandPensez à une carte d’identité impossible à falsifier. La technologie Blockchain rend cela possible et permet le transfert de cet ID au nouveau propriétaire du produit. Elle accélère également le processus de vérification qui précède l’achat d’articles de luxe.

D’une part, l’acheteur peut vérifier le parcours de l’article depuis l’achat initial et, d’autre part, les marques peuvent s’assurer que la valeur de leurs produits ne se dégrade pas rapidement sur le marché secondaire ( de seconde main et d’occasion par exemple). Il permet également aux marques de détenir une «cartographie» détaillée de leurs clients grâce au certificat d’authenticité numérique – qu’elles sont les seules à pouvoir émettre.

Certaines entreprises de mode utilisent déjà la technologie blockchain aujourd’hui

Le groupe LVMH a annoncé en mai de cette année son partenariat avec Microsoft et ConsenSys pour lancer une plateforme basée sur la blockchain appelée Aura. L’objectif est d’assurer la traçabilité et l’authenticité des produits de luxe. Dans un premier temps, la technologie sera utilisée par Louis Vuitton et Christian Dior. Il permettra de fournir la preuve de l’origine, le suivi du cycle de vie, la protection de la propriété intellectuelle et la lutte contre la fraude.

Dans cette même optique, « Somish Blockchain Labs » s’est récemment associé à Circular Apparel Innovation Factory (CAIF) pour proposer une solution basée sur la blockchain  permettant aux réseaux de la chaîne d’approvisionnement de mettre en œuvre les objectifs de RSE, de découvrir des leviers de réduction des coûts, de s’assurer que les conditions contractuelles sont remplies et que les incitations des parties prenantes sont validées.

Arianee est un protocole de certification de produit et de communication entre la marque d’un article et le propriétaire. Chaque pièce recevra un certificat basé sur la blockchain, permettant aux consommateurs de suivre l’authenticité d’un produit donné.

« Le protocole d’Arianee est un ensemble de règles et de directives pour la certification des produits et la communication entre la marque et le propriétaire de l’article. »

Hugo Boss explore un cas d’utilisation de la blockchain sur le suivi des marchandises dans la chaîne d’approvisionnement, qui apparaît de manière transparente pour assurer la propriété et le transfert de propriété des biens entre membres d’un même réseau.

Aujourd’hui, la plupart de ces solutions se concentrent sur la prévention de la contrefaçon et la preuve de propriété, ce qui est particulièrement critique dans l’industrie de la mode de luxe. Cependant, plus la blockchain fait son chemin dans l’industrie de la mode, plus elle sera également utilisée pour suivre les chaînes d’approvisionnement afin d’identifier les pratiques de fabrication contraires à l’éthique.

La mentalité des consommateurs évolue déjà vers des chaînes d’approvisionnement plus éthiques. Une fois que les consommateurs auront les outils pour superviser les marques de mode et les punir économiquement par la non-consommation éventuelle, on verra les premières modifications positives de l’industrie de la mode.

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close