Technologie

Les identités numériques basées sur la blockchain pour aider les réfugiés à reconstruire leur vie

Un système d’identification basé sur la blockchain pourrait permettre aux réfugiés de stocker leurs documents d’identification, leurs dossiers professionnels et leurs titres de propriété d’une manière sécurisée et accessible à l’échelle mondiale.

70% des réfugiés dans le monde n’ont pas de documents d’identité basiques.

24% des enfants réfugiés de moins de cinq ans ne sont pas correctement enregistrés.

50% des réfugiés syriens mariés ne possèdent pas de documents de mariage.

Ces chiffres du Conseil Norvégien pour les Réfugiés montrent l’un des principaux défis de la crise mondiale actuelle des réfugiés: des centaines de milliers de personnes ne possèdent aucun document d’identité ni aucune preuve de leurs qualifications ou de leur propriété.

En conséquence, ils restent dans un vide juridique et ne peuvent avoir accès ni aux services ni au marché du travail. Ils seront également confrontés à d’énormes difficultés une fois rentrés dans leurs pays d’origine.

Imaginez un enseignant syrien, titulaire d’un diplôme universitaire en mathématiques et de 20 ans d’expérience dans l’enseignement. Un jour, il doit fuir son domicile, laissant tous ces documents derrière. Comment pourrait-il s’installer dans un autre pays et trouver du travail en tant qu’enseignant? Même s’il retourne en Syrie, comment peut-il prouver son identité, ses qualifications et son expérience professionnelle ou la propriété de ses biens?

Systèmes d’identification numériques à base de blockchain

Maintenant, au cœur de la crise mondiale des réfugiés, les avantages d’une identité numérique, basée sur la blockchain, deviennent plus évidents que jamais.

Les documents d’identité, les références académiques et professionnelles, les certificats de naissance et les documents de propriété d’actifs pourraient tous être stockés dans une blockchain; sécurisé, et accessible de partout dans le monde.

Cette identité numérique ne doit pas nécessairement être liée à la citoyenneté et serait donc indépendante des gouvernements nationaux. Cela ajouterait une couche supplémentaire de protection, car les gouvernements ne pourraient pas effacer facilement les archives des citoyens. Cependant, les gouvernements du monde entier devraient accepter de reconnaître ces identités numériques.

Ayant une identité numérique, les populations migrantes seraient habilitées à trouver du travail plus facilement. De plus, à leur retour dans leur pays d’origine, ils peuvent prouver où ils ont passé leurs années à l’étranger et quels actifs ils possédaient avant leur déplacement.

À première vue, l’utilisation de la technologie de la blockchain dans les pays en développement peut paraître irréaliste. Cependant, l’accès à la technologie se répand beaucoup plus rapidement que nous le pensons, notamment dans les pays en développement. En effet, en 2018, selon l’International Telecommunication Union, 30% des Syriens ont accès à l’internet.

Et il existe déjà de sérieuses tentatives de construction de systèmes d’identification numérique basés sur la technologie de la blockchain.

Le réseau Sovrin

Le réseau Sovrin (Sovrin Network en Anglais) vise à fournir aux utilisateurs une identité portable et intelligente à vie. Les utilisateurs peuvent stocker toutes sortes d’informations d’identification, même des billets d’avion et un permis de conduire.

Sovrin s’appuie sur la technologie de la blockchain pour garantir la précision des données. Il empêche les personnes ou les organisations non autorisées d’avoir accès à ces données. L’utilisateur reçoit une clé de signature privée, nécessaire pour afficher les données.

Une organisation à but non lucratif développe le système. Plusieurs sociétés soutiennent le projet, y compris le géant du logiciel IBM et la société Finicity des technologies financières.

« Building Blocks » du Programme Alimentaire Mondial

Le Programme Alimentaire Mondial des Nations Unies a lancé le « Building Blocks » du PAM en 2017. Il est utilisé dans un camp de réfugiés en Jordanie, près de la frontière syrienne.

Les réfugiés s’inscrivent dans la base de données biométriques de l’Organisation des Nations Unies, notamment des scanners à l’iris, des photos, les dossiers médicaux et les empreintes. Lorsqu’un réfugié achète de l’épicerie, le client s’identifie via un scanner d’iris qui établit un lien avec la base de données en ligne de l’ONU. Il n’y a pas de paiement en espèces. Au lieu de cela, le prix des produits d’épicerie sera directement déduit du budget d’aide du PAM.

Initialement, l’idée du « Building Blocks » du PAM était de réduire les coûts de transaction. Cependant, il a également établi un enregistrement des transactions et une base de données d’identité numérique, tous fonctionnant sur une version autorisée de la blockchain Ethereum.

À long terme, les fondateurs espèrent créer un portefeuille numérique contenant l’historique des transactions du réfugié, son identifiant gouvernemental et ses clés d’accès aux comptes financiers. Avec un tel portefeuille, les réfugiés pourraient réintégrer l’économie beaucoup plus facilement et pourraient même ne plus être placés dans des camps de réfugiés.

MONI

En Finlande, la start-up blockchain MONI travaille avec le service d’immigration finlandais. L’objectif est de fournir à chaque réfugié une carte MasterCard prépayée, dotée d’un numéro d’identité numérique basé sur la blockchain.

Ce numéro permet aux réfugiés de recevoir des fonds d’aide directement du gouvernement finlandais sans avoir besoin d’un passeport pour ouvrir un compte bancaire.

Les utilisateurs peuvent également obtenir des prêts P2P auprès d’amis ou d’organisations. De cette façon, ils peuvent constituer un historique de crédit qui pourrait les aider à avoir accès à des prêts institutionnels à l’avenir.

ID 2020

ID 2020 est un partenariat mondial soutenu par l’ONU, diverses ONG et sociétés privées telles que Accenture et Microsoft.

L’objectif est de lancer un système d’identification numérique pour améliorer l’efficacité de l’aide au développement.

Dakota Gruener, le directeur exécutif d’ID 2020, a déclaré à propos de cette initiative: «Premièrement, elle serait probablement beaucoup plus sécurisée que même la base de données centrale la mieux protégée. Deuxièmement, il permet de conserver des enregistrements individuels en dehors des bases de données nationales, ce qui convient mieux à un monde de près de 60 millions de personnes déplacées de force et de 10 millions d’apatrides. Et troisièmement, cela laisserait la propriété des données d’un individu dans ses propres mains plutôt que celles d’un gouvernement potentiellement peu fiable. »

Sovrin, « Building Blocks » du PAM, MONI et ID 2020 sont les premiers pas dans la bonne direction. Une identité numérique pourrait donner aux réfugiés apatrides un moyen de reconstruire leur vie, d’accéder aux services et de réintégrer le marché du travail sans avoir à tout refaire de zéro. Cela aiderait non seulement les réfugiés, mais serait également d’une grande utilité pour les pays d’accueil.

Article similaire:

IBM et Visa lancent un système d’identité numérique basé sur la blockchain

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close