Technologie

Une plateforme d’échange d’énergie renouvelable basée par la blockchain à Bangkok

Un autre exemple d’un marché grandissant pour l’énergie décentralisée

Une plateforme d’échange d’énergie renouvelable peer-to-peer utilisant la blockchain a décollé dans un quartier de Bangkok et dispose déjà d’une capacité de production totale de 635 K. Les résidents de la capitale thaïlandaise ont commencé à acheter et à vendre de l’énergie entre eux via le réseau électrique de la ville, des transactions ayant lieu entre un centre commercial, une école, un cabinet de dentiste et un complexe d’appartements.

Alors que les panneaux solaires deviennent de moins en moins chers pour les consommateurs, ce quartier de Bangkok démontre la capacité d’une communauté à satisfaire ses propres besoins en énergie.

La société australienne Power Ledger est un partenaire du projet. Son directeur général,  David Martin a noté  que de telles stratégies d’échange d’énergie renouvelable d’égal à égal devraient «conduire à de meilleurs prix et à une empreinte carbone plus faible pour toutes les personnes concernées».

Technologie décentralisée et énergies renouvelables: un mariage de rêve?

Le concept d’énergie décentralisée, où l’énergie est produite via des panneaux solaires puis distribuée au sein d’un réseau de membres de la communauté participants, prend son envol dans de nombreux contextes municipaux différents à travers le monde. il fait même l’objet de discussions au niveau national en tant que solution énergétique respectueuse du climat en Chine et au Japon.

Par exemple, à New York , les habitants des quartiers de Park Slope, Gowanus et Boerum Hill à Brooklyn ont uni leurs efforts avec l’aide de la startup LO3 Energy, basée à Brooklyn, pour fonder le microgrid de Brooklyn en 2016. Le Microgrid, similaire aux opérations qui ont eut lieu à Bangkok, facilite le commerce écologique de l’excès d’énergie solaire entre voisins. Le réseau utilise la technologie des chaînes de blocs pour faciliter ses transactions entre les voisins.

À l’Université de de Fudan en Chine,  les chercheurs ont mis au point une plateforme de négoce d’énergie basée sur une chaîne de blocs qui permettrait de réduire les déchets d’énergie solaire en facilitant les transactions des consommateurs à l’aide d’une crypto-monnaie unique. Le papier produit à Fudan affirme avoir développé la plate-forme pour être compatible avec Hyperledger d’IBM et la blockchain d’éthereum.

De même, il existe des initiatives telles que SolarCoin, qui encourage les utilisateurs à investir dans les énergies renouvelables en leur permettant de gagner des SolarCoins en produisant de l’énergie solaire.

Il a également été préconisé que le gouvernement chinois encourage l’élaboration d’une stratégie énergétique décentralisée visant à compenser les déchets générés par un réseau énergétique énorme et centralisé et à réduire les émissions de carbone inutiles. En moyenne, la Chine perd environ 5,5% de l’énergie produite en raison des longues distances qu’elle doit parcourir après la génération. L’énergie décentralisée pourrait littéralement rapprocher les sources d’énergie des consommateurs situés dans des villes éloignées de la côte est.

Le Conseil mondial de l’énergie a prédit que l’énergie décentralisée représenterait un quart du marché en 2025, une augmentation spectaculaire par rapport aux 5% de parts de marché qu’elle occupe actuellement. Dans l’éventualité où davantage de municipalités à travers le monde commenceraient à encourager le commerce d’énergies renouvelables entre homologues et la possibilité que les gouvernements nationaux commencent à défendre leur cause, l’énergie décentralisée pourrait devenir un élément concret du secteur énergétique mondial.

Étant donné que la technologie de la blockchain est une composante nécessaire des transactions dans un réseau peer-to-peer de négoce d’énergies renouvelables, il faut s’attendre à ce que la blockchain continue de se développer. Les initiatives de quartier à Brooklyn et à Bangkok ne sont que deux exemples d’une zone naissante d’innovation en matière d’énergie propre.

Mark Townsend

Canadien de souche, Mark Townsend y a étudié la Littérature et l'Histoire. Mark est à la fois trader de crypto-monnaie et passionné de la technologie blockchain. Il s'intéresse aussi à la politique locale et internationale. Il aime voyager et écrire des articles.

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close