Finance

La Banque centrale du Brésil introduit la technologie blockchain

La Banque centrale du Brésil (BCB) a commencé à partager des données avec d’autres organismes de surveillance nationaux par le biais d’une technologie de registre distribué sur une plate-forme privée de blockchain. Cette initiative vise à renforcer l’échange d’informations entre les autorités réglementaires brésiliennes en utilisant la technologie blockchain. Dans un premier temps, la plate-forme sera utilisée pour échanger des données relatives aux procédures d’autorisation des institutions financières. La plate-forme fondée sur la blockchain s’appellera PIER, ou Information Integration Platform for Regulators (plate-forme d’intégration de l’information pour les organismes de réglementation). La plate-forme a été conçue par le département informatique de la Banque centrale du Brésil et devrait être opérationnelle d’ici fin 2018.

BCB veut offrir un plus grand degré de sécurité 

Le choix de la technologie du blockchain s’explique par sa capacité unique d’offrir un réseau horizontal de partage de l’information entre les organismes de réglementation qui seront reliés à PIER. Aristedes Cavalcante, directeur adjoint du département informatique de la banque, a expliqué que

« Comme la plate-forme de blockchain enregistre chaque demande de données à l’aide de signatures cryptographiques, il est possible de certifier à tout moment la qualité d’auteur et qu’aucune entité n’a altéré les données, ce qui garantit l’authenticité des informations. »

C’est pourquoi la Banque centrale du Brésil a choisi la technologie du blockchain en raison de sa capacité à assurer un degré de sécurité qui serait hors de portée si la banque devait s’appuyer sur d’autres plateformes.

Le PIER permettra l’échange de données entre la Banque centrale et d’autres organismes de réglementation, comme l’Autorité nationale des fonds de pension, la Commission de sécurité et d’échange du Brésil et la Surintendance de l’assurance privée. Les régulateurs utiliseront le PIER pour partager des données sur les processus de sanction, la conduite des dirigeants des institutions financières et le contrôle des personnes morales sous la juridiction de la banque centrale.

La Banque centrale note que l’un des avantages de la technologie de blockchain est que les données ne peuvent pas être supprimées une fois qu’elles ont déjà été enregistrées dans le registre. Elle encourage la fourniture immédiate d’informations à la demande, et chaque régulateur sera en mesure de déterminer quelles données seront disponibles sur le réseau. A tout moment, tout régulateur participant au réseau pourra accorder l’accès à toute information qu’il estime être d’intérêt mutuel entre les autres régulateurs.

Les banques centrales du monde entier sont sceptiques.

Toutefois, malgré la décision de la Banque centrale du Brésil d’introduire la technologie de blockchain, les grandes banques centrales ont généralement exprimé des préoccupations au sujet de la blockchain. En fait, de grandes banques comme la banque centrale de Russie, la Banque du Canada et la banque centrale des Pays-Bas ont soulevé des préoccupations au sujet de l’intégration de la technologie de blockchain dans le secteur financier.

La Blockchain et le secteur financier semblent être un domaine de désaccord en plein essor, car après la dernière réunion du G20, les ministres des finances des 20 économies avancées ont souligné le potentiel de Blockchain pour rénover et revitaliser des éléments du secteur financier.

 

Mark Townsend

Canadien de souche, Mark Townsend y a étudié la Littérature et l'Histoire. Mark est à la fois trader de crypto-monnaie et passionné de la technologie blockchain. Il s'intéresse aussi à la politique locale et internationale. Il aime voyager et écrire des articles.

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close