Business

Comment l’écosystème blockchain des EAU a émergé du sable

Les Emirats arabes unis (EAU) sont en train de créer de nouvelles réglementations d’ICO, plusieurs bourses d’échange crypto ont été lancés dans le pays, et les autorités gouvernementales et les entreprises privées travaillent sur un système de transfert de fonds basé sur la blockchain.

Le Moyen-Orient n’a pas toujours été un environnement favorable aux crypto-monnaies. De nombreux pays de la région avaient initialement interdit les monnaies numériques. Cependant, malgré un lancement lent, la région est en train de devenir un acteur mondial de la blockchain.

Les Émirats arabes unis (EAU), en particulier, ont émergé en tant que partisans dévoués de la blockchain. Le gouvernement a lancé la «Stratégie de la blockchain des Emirats 2021», qui vise à transférer 50% de toutes les transactions gouvernementales sur une plate-forme basée sur la blockchain. Le groupe SEED de Dubaï vient de signer un accord de partenariat avec INVAO, une société d’investissement dans la blockchain basée au Liechtenstein, dans le cadre de la stratégie Emirates Blockchain.

Nouvelle réglementation ICO en 2019

L’environnement réglementaire des EAU est principalement divisé en deux cadres réglementaires distincts: les zones franches financières, qui comprennent les marchés mondiaux d’Abou Dhabi (Abu Dhabi Global Markets – «ADGM») et le centre financier international de Dubaï (Dubai International Financial Center – «DIFIC»). Ces zones franches créent leurs propres lois et règlements. Les autorités de réglementation fédérales réglementent le reste des Émirats arabes unis.

Les ICO sont actuellement réglementés à la fois par l’ADGM et par le DIFIC, mais pas dans le reste des EAU.

L’ADGM a publié des directives détaillées sur les ICO et le trading en crypto, en distinguant au cas par cas si les jetons sont réglementés en tant que titre ou en tant que marchandise. Si un jeton est considéré comme un titre, la réglementation des marchés financiers s’applique; s’il est classé comme une marchandise, l’ICO reste non réglementé. À Dubaï, les jetons sont considérés comme des marchandises.

Cependant, le reste des EAU est resté dans l’impasse juridique en ce qui concerne les crypto-monnaies. C’est pourquoi La Securities and Commodities Authority des EAU (SCA) a annoncé qu’elle introduirait une réglementation sur les ICOs dans le pays d’ici la fin de la première moitié de 2019. La SCA travaillerait avec Abu Dhabi Securities Exchange et Dubai Financial Market pour développer une plate-forme de trading de jetons ICO.

Obad Al Zaabi, directeur général de SAC, aurait déclaré avoir également « signé des accords avec des cabinets d’avocats afin de proposer des règlements pour la délivrance des ICO ».

Des échanges crypto ont été installés

Ce changement des EAU à une politique favorable au crypto n’est pas passé inaperçu. Bithumb, bourse d’échange de crypto basé en Corée du Sud, a annoncé son intention de lancer une bourse d’échange de crypto sous licence aux États-Unis. Si la licence est approuvée, la bourse basée aux EAU pourrait être prête à être lancée à la mi-2019.

La plate-forme serait développée en partenariat avec Nvelop, une société basée à Abou Dhabi, dans le cadre d’un projet conjoint du fonds d’investissement E11 des Émirats arabes unis et du groupe taïwanais Trill Venture. L’objectif de l’entreprise est de financer et de développer des initiatives de blockchain dans la région MENA. En s’associant à Nvelop, Bithumb diversifie ses activités et s’associe à d’autres bourses d’échange de crypto qui poursuivent leur expansion internationale.

D’autres bourses d’échange de crypto se sont également installées aux EAU. En novembre 2018, le Crypto Bulls Exchange était la première bourse d’échange de crypto officielle à commencer ses opérations aux EAU. Bitex a également ouvert ses services dans la région. La plateforme de trading basée à Dubaï offre Bitcoin Cash, Ethereum, Litecoin et Bitcoin Core, ainsi que de multiples options de paiement.

«Les récents changements apportés à la réglementation des Émirats arabes unis ont fait d’aujourd’hui le moment idéal pour saisir l’occasion d’introduire une nouvelle plate-forme de trading sécurisée et professionnelle», a déclaré le directeur général de Bitex des Émirats arabes unis.

La blockchain pour soutenir les envois de fonds vers les pays asiatiques

Les envois de fonds vers les pays à revenu faible et intermédiaire ont augmenté de 10,8% en 2018 et ont atteint 528 milliards de dollars, établissant un nouveau record. Ce niveau fait suite à une croissance considérable ressentie en 2018, de 7,8%. La hausse a été ressentie en Europe et en Asie centrale (20%) et en Asie du Sud (13,5%). Selon la Banque mondiale, les envois de fonds devraient augmenter de 4% en 2019, pour atteindre 549 milliards de dollars.

La technologie de la blockchain devrait perturber positivement ce secteur en réduisant les coûts de transfert, qui avoisinent en moyenne 6,9%. La semaine dernière, Finablr, société de paiements et de change basée aux EAU, a annoncé qu’elle s’associerait à Ripple pour offrir des envois de fonds transfrontaliers à la Thaïlande via blockchain.

Bien que les transactions monétaires transfrontalières soient généralement traitées par des bureaux de change, une part croissante de celles-ci est envoyée via des applications et des sites Web. Les systèmes basés sur la blockchain sont particulièrement attrayants en raison des coûts de transaction moins élevés. Considérant que l’Asie est l’un des principaux destinataires des envois de fonds des travailleurs expatriés au Moyen-Orient, Finablr répond à un besoin urgent du marché.

Ce n’est pas la première fois que la technologie de Ripple est utilisée dans la région pour les paiements transfrontaliers. En janvier, la Banque nationale du Koweït a lancé «NBK Direct Remit», une plate-forme transfrontalière basée sur la blockchain utilisant RippleNet. Initialement, le produit ne devrait supporter que les paiements versés à la Jordanie, mais celle-ci envisage de s’étendre à 15 autres pays.

De même, RAKBANK, situé dans les Émirats arabes unis, a commencé à utiliser la plate-forme Ripple pour sécuriser les transferts d’argent à la Cargills Bank, au Sri Lanka, l’année dernière. Les services de RAKMoneyTransfer (RMT) permettront des services instantanés, permettant d’envoyer de l’argent en Asie de manière plus rapide, plus efficace et moins chère.

Les EAU deviendront la première destination de l’innovation en matière de blockchain et de crypto

Le gouvernement a également dévoilé plus d’informations sur le projet «Aber», une monnaie numérique que l’Autorité monétaire saoudienne (Saudi Arabian Monetary Authority – SAMA) est en train de développer conjointement avec la Banque centrale des Émirats arabes unis (UAECB).

Six banques commerciales d’Arabie saoudite et des Emirats Arabes Unis ont récemment rejoint le projet, qui vise à utiliser une crypto-monnaie pour régler des transactions transfrontalières entre les deux pays. Il en est actuellement au stade de la validation de principe.

Les développements récents aux Émirats arabes unis, tant dans le domaine de la réglementation que dans le secteur privé, semblent prometteurs. Le gouvernement, les banques et les start-up blockchain travaillent ensemble pour lancer des projets innovants. Couplé aux réglementations de l’ICO voyant le jours cette année ainsi qu’à la stratégie de blockchain des Emirats 2021 (Emirates Blockchain Strategy 2021), le pays devrait ouvrir la voie à la poursuite du développement de la blockchain au Moyen-Orient.

De plus, le travail préparatoire a été fait pour rendre les actifs numériques plus accessibles aux résidents des EAU. En ayant accès aux bourses d’échange locaux, les clients ne sont pas obligés d’utiliser des plateformes étrangères. Les EAU deviendront probablement le premier choix de destination des industries du crypto, qui rejoindront le rang des top marchés financiers qui réglementent les actifs de crypto. Les attentes sont que d’autres pays pourraient suivre.

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close