Business

Pourquoi les marchés émergents sont-ils les principaux utilisateurs de la Blockchain?

Les marchés émergents comptent parmi les principaux utilisateurs de solutions liées à la blockchain. Les applications numériques peuvent aider à résoudre bon nombre des problèmes des marchés émergents qui ne sont pas aussi urgents à régler dans les économies développées.

Les pays occidentaux développés ont été les principaux utilisateurs de nouvelles technologies au cours du siècle dernier, certes, mais ils ont montré un peu de lenteur dans l’adoption des dernières technologies numériques. Au contraire, la vague numérique évolue plus rapidement sur certains des marchés émergents du monde.

La raison derrière cela n’est pas l’hésitation ou le rejet de l’innovation technologique dans les pays occidentaux, mais plutôt le fait que la proposition de valeur des solutions numériques est plus visible et plus attrayante sur les marchés émergents.

La démographie et la taille du marché plus attractives pour les startups numériques

Les marchés émergents ont généralement une population plus jeune et un taux de pénétration élevé du mobile. Près de 90% de la population mondiale de moins de 30 ans vit dans les économies émergentes et en développement, en particulier en Afrique et au Moyen-Orient. Ils sont férus de technologie, ont accès à des appareils mobiles à faible coût et à Internet, et deviennent de plus en plus riches.

La Thaïlande, par exemple, a l’un des taux de pénétration de l’internet les plus élevés au monde. Selon Internet World Statistics, il y a 57 millions d’internautes en Thaïlande, sur une population totale de 69 millions. En 2017, il y avait environ 660 millions d’utilisateurs de smartphones en Chine, contre seulement 220 millions aux États-Unis. Par conséquent, la taille et l’accessibilité du marché le rendent attrayant pour les entreprises développant des applications technologiques.

Les marchés émergents sont des leaders dans l’adoption de la crypto-monnaie

L’utilisation des monnaies numériques est un domaine où cette tendance est devenue visible. Actuellement, l’Afrique du Sud est le leader mondial de l’adoption de la cryptographie. Une étude a révélé que 10,7% des utilisateurs d’Internet en Afrique du Sud possèdent des cryptos, suivis par la Thaïlande et l’Indonésie avec respectivement 9,7% et 9,3%. La moyenne mondiale est actuellement de 5,5%.

Il n’est pas surprenant que les crypto-monnaies soient plus populaires dans les marchés émergents que dans les pays en développement. Ce n’est pas que les utilisateurs soient plus ouverts aux devises numériques, mais leur proposition de valeur est relativement plus attrayante.

Premièrement, il existe un manque d’opportunités d’investissement alternatives. Eugene Madondo, stratège en marketing numérique chez Coindirect, explique que la plupart des utilisateurs en Afrique du Sud considèrent le Bitcoin comme un actif spéculatif, plutôt que comme une devise. Les investisseurs tirent parti de la volatilité cryptographique pour augmenter leurs bénéfices commerciaux.

Deuxièmement, la confiance dans les autorités gouvernementales est moindre. La corruption et l’incertitude juridique sont un problème. Par conséquent, l’idée d’une monnaie décentralisée et anonyme attire les utilisateurs pour de nombreuses raisons: pour se protéger de l’intervention du gouvernement, mais, sur une note plus négative, pour cacher également les fonds tirés d’activités criminelles.

Troisièmement, les monnaies locales sont moins stables et moins fiables. Cela explique également l’intérêt croissant pour les Stablecoins issus de la blokchain.

Récemment encore, Coindirect a levé un million d’euros dans le cadre d’une opération d’investissement conduite par Concentric, avec la participation de Blockchain.com et MakerDAO, afin de permettre aux clients des marchés émergents d’échanger des crypto-devises avec leur devise locale. Un autre exemple est BitPesa, une plate-forme numérique de paiement et de change qui exploite le règlement par la blockchain pour des paiements rapides et économiques en provenance et à destination de l’Afrique.

Une infrastructure sous-développée crée des opportunités

Les infrastructures des marchés émergents sont toujours derrière les grands pays en développement, actuellement. C’est un défi donc, mais c’est aussi une opportunité. Au lieu de devoir remplacer les infrastructures existantes et donc également de faire face à des intérêts politiques et politiques opposés, les marchés émergents peuvent créer une infrastructure numérique à partir de zéro.

De plus, la technologie de la blockchain peut aider à résoudre les problèmes des marchés émergents, qui n’existent généralement pas dans les pays en développement.

Des startups telles que Crowdforce ou Moeda créent des applications basées sur la  blokchain pour servir les populations sous-financées sur les marchés émergents. Par exemple, Tony’s Chocolonely a pour objectif de rendre le chocolat « 100% juste » en augmentant la provenance et la transparence de la chaîne logistique. Statwig utilisera des solutions de type blockchain pour assurer la livraison efficace de vaccins en Inde grâce à un système de gestion de la chaîne d’approvisionnement amélioré.

La liste continue. Bien que la technologie de la blockchain puisse aider à résoudre les problèmes et à améliorer les systèmes du monde entier, la proposition de valeur est souvent plus attrayante sur les marchés émergents. C’est pourquoi il est probable que nombre des solutions blockchain de la prochaine génération ne cibleront pas les économies en développement, mais bel et bien les marchés émergents.

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close