Technologie

Interview avec Simone Accornero, PDG de FlexiDao

«Pour la première fois de l’histoire, les consommateurs ont vraiment le choix et peuvent influencer le marché de l’énergie par leurs décisions d’achat.» – Simone Accornero

La blockchain sur le marché de l’énergie se développe rapidement, avec des start-up et des entreprises établies qui l’occupent. Du trading d’énergie entre homologues à la certification des énergies vertes, la blockchain pourrait constituer la base technologique d’un large éventail d’applications. La startup FlexiDao, basée à Barcelone, a décidé de changer le secteur en fournissant des certificats d’énergie basés sur la blockchain.

« Permettre un avenir énergétique vert et numérisé » – c’est la promesse de FlexiDao. La startup travaille sur un système de certification basé sur la blockchain pour les détaillants d’énergie renouvelable, qui permet de suivre la source de production d’énergie en temps réel. Le rédacteur de Blockchain Land, Lukas J. Hofer, a parlé à Simone Accornero, PDG de FlexiDao, de la proposition de valeur de la société, de la manière dont la startup utilise la technologie de la blockchain, de ses défis et de l’avenir de la blockchain sur le marché de l’énergie.

Je vous remercie d’être avec nous aujourd’hui. En un mot, comment fonctionne FlexiDao?

Au fond, FlexiDao aide les détaillants d’énergie à faire preuve de transparence et à renforcer la confiance avec leurs consommateurs, en prouvant la source de leur énergie. Aujourd’hui, les consommateurs d’énergie ignorent souvent si l’énergie «verte» qu’ils achètent est véritablement verte, car le mécanisme de certification actuel est inadéquat. En effet, ce mécanisme n’autorise la certification qu’une fois par an, avec des mesures très médiocres en termes de lieu et de temps. FlexiDao fournit aux détaillants d’énergie un logiciel en tant que service qui suit et certifie la production d’énergie en temps réel et leur permet de fournir davantage de transparence aux utilisateurs finaux.

Avec quels détaillants d’énergie travaillez-vous?

Les grandes entreprises énergétiques sont nos premiers utilisateurs. En Espagne, nous avons des contrats avec Acciona et Iberdrola. Nous préparons également un projet pilote avec E.ON., basé en Allemagne. À long terme, nous prévoyons également de connecter les pro-sommateurs. À l’heure actuelle, la certification énergétique est presque impossible pour les pro-sommateurs, car ça coûte cher d’être certifiée. Avec notre système, il n’y aura pas de problème, tant que nous pourrons avoir accès à leurs données de mesure.

J’imagine que les sociétés du secteur de l’énergie apprécient les avantages marketing des certificats d’énergie verte.

Les détaillants d’énergie recherchent des moyens de se diversifier. Ils sont confrontés à des défis dans l’environnement de marché actuel, car le marché est encombré et il est devenu difficile de faire de la concurrence pour les prix. Avec notre système, ils peuvent devenir un partenaire de l’énergie verte. Nos clients peuvent utiliser notre certification lors de la négociation de contrats d’énergie verte avec l’utilisateur final, afin d’améliorer la confiance des clients. Cela les aide également à atteindre leurs objectifs de responsabilité sociale et d’entreprise.

Que pensent les consommateurs finaux de votre approche?

FlexiDao permet à l’utilisateur final de choisir le type d’énergie qu’il souhaite. Le greenwashing d’énergie est un problème fréquent sur les marchés de l’énergie. Vous pensez que vous achetez de l’énergie verte, mais en réalité, le détaillant ne fait qu’acheter des certificats d’énergie verte de Norvège.

Ainsi, notre système donnera des pouvoirs au consommateur, car il saura où l’énergie a été produite, à quel moment et par qui. Pour la première fois de l’histoire, les consommateurs ont vraiment le choix et peuvent influencer le marché de l’énergie par leurs décisions d’achat.

Comment utilisez-vous la technologie blockchain?

Nous ne construisons pas notre propre blockchain. Nous travaillons sur la couche application. Nos services sont basés sur l’Energy Web Blockchain, développée par la Energy Web Foundation. C’est autorisé pour les autorités et sans autorisation pour les utilisateurs. Cela signifie que tout le monde peut rejoindre le réseau, mais seules les autorités peuvent valider les transactions. Et nous sommes l’une de ces autorités, avec nos clients.

Et vous utilisez des smart contracts.

Nous utilisons beaucoup de contrats intelligents. Notre système reçoit essentiellement les données du compteur. Ces informations sont ensuite envoyées à la blockchain, où nous créons un certificat. Ce certificat est essentiellement un jeton appartenant au générateur. D’autre part, nous recueillons également des données sur la consommation d’énergie. Notre contrat intelligent associe ensuite le certificat à ces données de consommation et le transfère automatiquement à l’utilisateur approprié. Toutes ces transactions sont enregistrées sur la blockchain. Ainsi, la blockchain devient un notaire numérique.

Quels sont vos principaux défis et comment vous les surmontez?

Du côté des entreprises, notre principal défi est la réglementation des certificats. La certification d’énergie est hautement réglementée en Europe. Il ne peut y avoir qu’un seul mécanisme de certification par pays, qui est déterminé par le pays d’origine. Nous devons donc faire attention à ne pas marcher sur les pieds des régulateurs. Au lieu de cela, nous essayons d’avoir un dialogue ouvert et d’expliquer comment la technologie pourrait les aider.

Les régulateurs européens coopèrent-ils avec vous?

L’UE est très avancée. Les régulateurs européens discutent déjà de ce sujet depuis longtemps. En octobre, ils ont publié un livre blanc sur le GDPR et la blockchain que nous utilisons comme guide. Une fois, j’ai eu l’occasion de présenter notre projet à la DG Connect, qui est l’organisme européen qui réglemente tout ce qui concerne l’IT et les nouvelles technologies. Ils étaient très perspicaces et montraient beaucoup d’intérêt pour collaborer avec des startups européennes innovantes comme nous.

L’évolutivité est une question souvent débattue dans la blockchain dans le marché de l’énergie.

Nous nous inquiétons de l’évolutivité, mais nous ne la considérons pas comme notre principal défi pour l’adoption à grande échelle. L’expérience de l’utilisateur est notre principal défi sur le plan technique. Elle doit être le plus facile que possible.

Nos utilisateurs n’ont pas besoin de noms d’utilisateur ni de mots de passe, ils ont juste besoin d’une clé privée. La clé privée est stockée dans les locaux de l’utilisateur. Mais nous devons ensuite éduquer nos utilisateurs. Qu’est-ce qu’une clé privée? Comment ça marche? Par exemple, le problème était le suivant: que se passe-t-il si un utilisateur perd la clé privée? Nous avons dû créer un système complet pour récupérer le compte d’un client au cas où la clé privée serait perdue.

L’éducation de l’utilisateur est un problème auquel de nombreuses startups ont du mal à faire face. Comment éduquez-vous l’utilisateur?

De nombreux projets ont mal informé l’utilisateur et créé des idées fausses sur la technologie de la blockchain. Ce n’est pas utile. Nous devons passer par un processus de formation avec chacun de nos clients et leur expliquer le fonctionnement du système et son utilité. Du côté de l’utilisateur final, nous expérimentons différentes interfaces utilisateur et différentes interactions, comme la rédaction de blogs, et fournissons autant de documentation et de conseils que possible. Nous essayons d’être des consultants, et pas seulement des fournisseurs de technologie. Mais c’est un long processus.

Quel est le plan de FlexiDao pour l’avenir?

Nous nous concentrons sur l’Europe pour le moment, mais en 2019, nous étendrons nos activités au Chili. Nous voyons un potentiel énorme en Amérique du Sud ou les marchés des énergies renouvelables ont pris un élan considérable et les réglementations sont moins strictes.

Quelle est votre vision de l’avenir de la blockchain dans le marché de l’énergie?

Je crois que notre mécanisme de certification sera le premier cas d’utilisation largement adopté. Tout le monde dans le secteur énergétique actuel reconnaît que la certification est un problème, donc cela résout vraiment un problème. En outre, la technologie utilisée n’est pas très compliquée. Après cela, je pense que le commerce de gros et la mobilité électrique offrent également des cas d’utilisation prometteurs. La facturation a également une valeur énorme, mais la plupart des détaillants d’énergie sont trop dépendants de SAP et il sera très difficile de modifier cela.

Vous n’avez pas mentionné le commerce d’énergie P2P.

Je pense qu’il y aura plus de projets pilotes, mais je ne pense pas que quelque chose d’important se produira au cours des cinq prochaines années. La technologie n’est pas encore mûre.

Quelle est l’ histoire de fond de FlexiDao? Comment avez-vous eu cette idée?

Notre CTO et moi avons étudié ensemble. Il était déjà intéressé par la blockchain à cette époque. Nous avons constaté une valeur énorme dans la décentralisation et avons proposé un projet de recherche à notre université. Nous avons ensuite effectué un projet de recherche d’un an à Barcelone. Au bout du compte, nous cherchions du financement. Nous ne travaillions pas sur la certification à cette époque, mais sur une plate-forme permettant aux opérateurs de réseau de gérer les actifs distribués. Nous avons réalisé que ce projet n’était pas commercialisable, il était trop éloigné. Mais nous voulions créer quelque chose qui puisse apporter une valeur ajoutée réelle aux personnes, pas seulement une preuve de concept. C’est ainsi que l’idée de la certification de l’énergie verte basée sur la blockchain et de FlexiDao est née.

Incroyable. Merci pour l’interview et bonne chance pour l’avenir.

Merci de m’avoir.

Cette interview a été réalisée par téléphone. Elle  a été modifié pour des raisons de concision et de clarté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close