Sécurité

Rapport : L’incertitude réglementaire cause des problèmes aux entreprises de la Blockchain au Royaume-Uni

Un rapport soumis par Digital Catapult et DLT Field Labs, intitulé Blockchain in Action : State of the UK Market, a conclu que les entreprises britanniques de technologie du registre distribués semblent préoccupées par l’incertitude réglementaire que l’on trouve dans le secteur de la Blockchain du pays.

La recherche a non seulement souligné les possibilités qu’offre l’adoption de la technologie de la blockchain et d’autres DLT, mais il a également identifié les défis auxquels font face les entreprises du Royaume-Uni.

L’entreprise d’innovation numérique a étudié un mélange de 264 entreprises DLT dans le pays. Environ 74 % des entreprises participantes n’étaient pas satisfaites des questions réglementaires actuelles et en ont fait l’une de leurs principales préoccupations. Parmi les autres problèmes, mentionnons le manque d’accès à l’expertise commerciale, juridique ou technique.

Digital-Catapult-Sample-Markets-BlockchainLand
Source: Digital Catapult Report

Quels sont ces défis réglementaires ?

Les entreprises britanniques semblent être confrontées à un ensemble de défis. Le plus important d’entre eux est le Règlement général sur la protection des données (RGPD) de l’Union européenne.

Les récents changements au sein du GDPR ont semé la confusion dans de nombreuses entreprises européennes. Le GDPR vise à unifier la manière dont les données personnelles sont traitées sur le continent. L’évolution de la législation est toutefois devenue un défi pour les entreprises qui utilisent la technologie de la Blockchain puisqu’elle stocke des données du monde entier.

Le rapport de Digital Catapult disait :

« Cette législation a soulevé des inquiétudes pour les entreprises qui utilisent des Blockchains publiques sans autorisation, qui sont ouvertes à tous, quel que soit l’endroit où elles se trouvent, et où des copies complètes de la base de données sont reproduites sur tous les nœuds participant au réseau, ce qui rend impossible de limiter de façon sélective la destination des données.

Le droit à l’effacement

Le concept du GDPR entre en conflit avec la proposition d’un stockage sécurisé décentralisé par la technologie de la Blockchain. C’est parce que le GDPR place le contrôle des données personnelles entre les mains des citoyens. Ils ont le droit d’effacer leurs données personnelles quand ils le souhaitent. Cela va à l’encontre de la façon dont les Blockchains sans permission fonctionnent car elles conservent les données dans un état immuable.

La conciliation de ces deux éléments s’est avérée être une tâche importante pour les législateurs et les entreprises.

Les préoccupations concernant les OIC

Il semble y avoir beaucoup de soucis concernant les offres initiales de pièces de monnaie (ICO). Selon le rapport, le Royaume-Uni arrive au deuxième rang pour le nombre d’OIC lancées (10 %), les États-Unis arrivant en tête avec 20 %.

Alors que les jetons de cryptomonnaies comme moyen de lever des fonds par l’OIC était considérée comme un moyen de lever des « parts de revenus équitables pour les œuvres de création », elle a fait que beaucoup d’entreprises se sont retrouvées au milieu de l’incertitude réglementaire.

La Financial Conduct Authority du Royaume-Uni avait déjà annoncé son intention de réglementer les OIC, mais l’organisation n’a pas encore publié de mise en demeure à ce sujet.

Ce retard incite les entreprises à retarder leurs plans d’OIC, ce qui entraîne encore plus d’incertitude. Le rapport précisait :

« Cette incertitude a été évoquée à maintes reprises par les entreprises consultées, car elles ne savaient pas si elles devaient mener une OIC au Royaume-Uni ou permettre aux citoyens britanniques de participer compte tenu du paysage réglementaire actuel. »

La question principale est :

Comment réaliser une OIC qui soit à la fois conforme au GDPR et aux lois anti-blanchiment d’argent, ainsi qu’aux règles du Know-Your-Customer, si les transactions de cryptomonnaie sont censées être anonymes ?

D’autres problèmes dus à l’incertitude

Sur les 264 entreprises de DLT sondées, environ 54% des entreprises de la Blockchain ont souligné les difficultés rencontrées lors de l’ouverture de comptes bancaires auprès d’organismes financiers traditionnels. Cela est dû à l’incertitude concernant les cryptomonnaies.

De plus, le sondage a révélé que les fonds levés sous forme d’actifs de cryptomonnaies représentaient une période plus difficile pour les entreprises, qui ont été confrontées à des obstacles lors de l’ouverture de comptes en dépit de tous les contrôles de AML et de KYC. Cela les a amenés à ouvrir de multiples comptes dans le monde entier.

Digital-Catapult-Opening-Bank-Accounts-BlockchainLand
Source: Digital Catapult Report

Encore un peu de positivité

Malgré toutes les préoccupations, le rapport conclut que le secteur connaît une bonne croissance dans le pays. Selon Digital Catapult, le paysage du DLT  » a révélé le potentiel de sa technologie naissante pour perturber les industries à travers le pays « .

Elle a trouvé un écosystème dynamique dans un large éventail d’industries au Royaume-Uni, présentant différents stades de développement. Elle disait :

« Les investissements sont passés d’un peu plus de 50 millions de dollars au troisième trimestre de 2016 à 150 millions de dollars au deuxième trimestre de 2018 (les investissements liés à l’OIC dépassant 100 millions de dollars au quatrième trimestre de 2017 et les investissements Fiat dépassant 100 millions de dollars au deuxième trimestre de 2018).

Ils espèrent que le Royaume-Uni retrouvera sa position de leader dans le domaine du DLT, comme ce fut le cas en 2015, après avoir  » aplani la voie du succès « .

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close