Business

Jetons utilitaires contre jetons de sécurité

Un guide complet et non technique

Diverses façons de faire des affaires dans le secteur de la blockchain et des cryptomonnaies vont et viennent assez rapidement à la mode, comme ce fut le cas pour les ICO méga-populaires en 2017.

L’explosion des campagnes de financement participatif d’ICO qui proposaient des jetons utilitaires nous a apporté beaucoup de projets louche et arnaque, mais également plus qu’un peu de projets brillants.

Ethereum était l’un de ces projets brillants, qui, grâce à sa technologie, a littéralement ouvert la porte à des centaines d’ICO, qu’ils soient meilleurs ou pires. Par conséquent, nous prendrons la crypto-monnaie native d’Ethereum, Ether (ETH), comme excellent exemple de jeton utilitaire dans notre discussion.

Jetons utilitaires et leurs campagnes de financement participatif

Les jetons utilitaires ne sont rien d’autre que des coupons permettant d’accéder à un produit particulier.

L’ETH a tout d’abord été émis dans le cadre de l’offre initiale de pièces de monnaie (ICO) en 2014 en guise de remboursement pour ceux qui ont financé le projet. Posséder Ether ne signifie pas qu’un investisseur a une part dans la propriété de la société, cela ne lui donne aucun droit de vote. Au lieu de cela, étant donné qu’Ethereum permet aux développeurs d’émettre leurs propres jetons sur son réseau, ETH est la seule devise qui vous permettra d’obtenir ce type d’accès.

En bref, Ether sert à payer les frais de transaction et à accéder à la plate-forme.

En 2018, la SEC des États-Unis a officiellement proclamé qu’Ether n’est pas un titre et ne relève donc pas des strictes lois sur les titres.

Ether n’a en fait jamais eu l’intention de devenir un investissement ou un objet de spéculation tel qu’il est aujourd’hui. Il a été envisagé d’apporter une aide précieuse pour sécuriser le réseau grâce à la politique de blockchain systématique «avoir quelque chose en jeu».

Cela nous montre qu’en investissant dans un ICO pour obtenir des jetons utilitaires, les investisseurs, s’ils ne sont pas des développeurs, obtiennent uniquement quelque chose dont ils peuvent spéculer sur la valeur, en le commerçant sur un marché secondaire.

Dernièrement, nous avons vu apparaître des jetons utilitaires, tels que EOS ou TRX de Tron. Ils fournissent des droits de vote, mais les gouvernements doivent encore déterminer si ces actifs seront réglementés en tant que titres.

Dans la plupart des pays du monde, les ICO ne sont pas encore un moyen de collecte de fonds réglementé et peuvent donc présenter les investissements les plus risqués car rien ne garantit que l’entité réalisant une telle offre honorera son livre blanc et proposera un produit performant.

Les jetons de sécurité et leurs campagnes de financement participatif

Les jetons de sécurité donnent une toute autre valeur à l’investisseur.

Contrairement aux jetons utilitaires, les jetons de sécurité mettent un pourcentage de la propriété entre les mains de l’investisseur et lui fournissent ainsi un éventuel revenu passif sous forme de dividendes, ainsi que certains droits de vote.

En termes simples, les jetons de sécurité ne sont en fait encore rien d’autre que des titres numérisés, censés être automatisés par une série de smart contracts prenant en charge les droits des investisseurs.

Cependant, en faisant une offre de jeton de sécurité (security token offering -STO), une entreprise doit se soumettre à un contrôle minutieux de la part du gendarme financier du pays dans lequel elle mène une campagne de financement participatif, ce qui s’est avéré être un facteur de blocage majeur pour la majorité des entreprises startups liées à la cryptographie.

Au début de 2018, le débat sur les offres de jetons de sécurité est devenu plus fort que jamais car certaines entreprises essayaient de produire une plate-forme de lancement similaire à celle d’Ethereum pour l’émission de jetons de sécurité.

Polymath est une de ces sociétés qui, probablement à cause de la «rabat-joie» mentionée, a décidé de mener sa campagne de financement participatif en offrant des jetons utilitaires, ce qui peut être perçu comme si Roger Ver, un fervent partisan de Bitcoin Cash (BCH), payait pour quelque chose en Bitcoin (BTC) au lieu de BCH.

Néanmoins, un projet véritablement open source, sans financement participatif, a récemment été lancé sous le nom de Ravencoin, qui permet à ses utilisateurs de lancer leurs propres jetons de sécurité via une interface conviviale.

Les torchons et les serviettes

Comparer ces deux types de jetons ou leur financement participatif revient à comparer des torchons et des serviettes., car ils sont différents au fond.

Leur motivation est totalement différente et il en résulte un système de gouvernement d’entreprise différent.

Les jetons utilitaires font partie d’un écosystème plus ou moins décentralisé dans lequel les utilisateurs utilisent une plateforme à leur guise, créant ainsi une nouvelle économie, tout en laissant au développeur le pouvoir de changer le système principal.

Les systèmes de jetons utilitaires ont rarement une chaîne de responsabilités claire, et les désaccords dans de tels systèmes finissent généralement dans la hard-fork de la blockchain.

Les jetons de sécurité, en revanche, fournissent la propriété et les droits de vote, mais ces systèmes n’offrent pas un niveau de décentralisation comparable à celui de leurs homologues, car les lois sur la sécurité ont clairement défini les choix traditionnels régissant l’entreprise.

Bien qu’ils soient décrits comme la «prochaine grande affaire» de la cryptographie, les jetons de sécurité ne sont pas encore devenus des actifs numériques de toute importance.

Néanmoins, de nombreux obstacles s’y attendent, mais à mesure que les ICO, et les jetons utilitaires avec eux perdent de leur importance, il est clair que quelque chose va se produire qui va changer le domaine.

Nous devrons juste attendre et voir.

Article similaire:

Le gouvernement de Singapour introduit la sécurité basée sur la blockchain

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close