Business

Centres de recyclage de plastique utilisant la technologie blockchain en Indonésie

SC Johnson s'associe à Plastic Bank

Plastic Bank est apparue pour devenir une excellente plateforme écologique qui encourage les consommateurs à ramasser les déchets plastiques et à les recycler. En retour, les participants reçoivent des récompenses numériques.

Dernièrement, la plateforme vient de nouer un partenariat avec SC Johnson, connue pour les produits ménagers et propriétaire des marques comme Mr. Muscle, Glade et Ziploc. Les deux entités, en collaboration stratégique, prévoient d’ouvrir des centres de recyclage de plastique à travers l’Indonésie. Le communiqué de presse qu’ils ont publié le dimanche 28 octobre a révélé qu’en contrepartie du ramassage des déchets, les utilisateurs recevraient des tokens numériques.

Un pas dans la bonne direction

Des données scientifiques récentes présentées par SC Johnson sur la pollution plastique des océans ont révélé que cinq pays asiatiques, la Thaïlande, les Philippines, la Chine, l’Indonésie et le Vietnam, sont responsables pour plus de 55% des déchets plastiques présents dans l’océan.

Par conséquent, SC Johnson prévoit d’ouvrir huit centres de collecte de déchets plastiques en Indonésie d’ici à mai 2019. Le premier centre est déjà officiellement ouvert depuis le 28 octobre à Bali. Les autres centres devraient être opérationnels d’ici à mai 2019. La société est enthousiaste à l’idée de travailler dans ce domaine. Fisk Johnson, PDG de SC Johnson, a déclaré :

« Nos océans ont besoin de protection. Je salue l’engagement pris par le gouvernement indonésien de fournir un milliard de dollars par an pour réduire la pollution causée par les déchets plastiques. Les entreprises, le gouvernement et les ONG doivent travailler ensemble pour face à ce problème important. Il est essentiel que nous prenions toutes les mesures nécessaires pour empêcher le déversement continu d’une quantité croissante de plastiques dans nos océans. »

Le fondateur et PDG de Plastic Bank semblait aussi enthousiaste et a déclaré : « Ce partenariat avec SC Johnson est le premier du genre en Indonésie. Cela contribuera à créer davantage d’opportunités pour les personnes en situation de pauvreté et offrira aux ramasseurs de déchets un sentiment de fierté important. SC Johnson est la première société de produits de grande consommation à avoir mis en place un programme de ce type en Indonésie qui bénéficiera à divers groupes socio-économiques, y compris aux personnes vivant sous le seuil de pauvreté. »

Comment cela marche-t-il ?

Dans le cas de l’Indonésie, la technologie blockchain peut aider les ramasseurs locaux de déchets, vu qu’environ 28 millions d’Indonésiens vivent en-dessous du seuil de pauvreté. Par conséquent, ce programme est une opportunité pour ceux qui dépendent financièrement du ramassage de déchets, ainsi qu’un encouragement. Les ramasseurs peuvent apporter le plastique ramassé au centre et recevoir en retour des tokens numériques. Chaque centre aura la capacité de traiter 100 tonnes de plastique par an. Les tokens reçus peuvent être utilisés pour acheter des biens et des services.

Comme nous l’avons vu lors des expériences précédentes de Plastic Bank en Haïti, le ramassage de déchets plastiques est une source de revenus pour beaucoup de gens. Les efforts pour déployer cette initiative en Asie démontrent l’ampleur du problème de la pollution, soulignant le fait que cet effort doit être mondial et pas seulement local.

Selon le communiqué de presse, l’utilisation de la technologie blockchain contribuerait à atténuer les risques liés au vol. Nous pouvons également nous attendre à une adoption (lente) des tokens dans le pays puisque les ramasseurs et les entreprises commenceront à utiliser et à encourager l’accès aux ressources nécessaires à travers cette technologie

L’utilisation de la technologie blockchain dans les causes sociales

De nombreux programmes caritatifs ont adopté la technologie blockchain, notamment en raison de la sécurité qu’elle offre. Un groupe en Jordanie, un projet de ONU Femmes utilise la technologie blockchain pour octroyer un salaire aux réfugiés. De la même façon, le groupe SP à Singapour a annoncé le lancement d’un marché destiné à la vente de certificats d’énergie renouvelable. Récemment, la crise politique et socio-économique au Venezuela a suscité l’envoi de dons sous forme de crypto-monnaies pour aider la population à faire face à la crise dans le pays.

 

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close