Business

Harvard et Levi Strauss vont travailler ensemble pour développer un système d’usine basé sur la blockchain

Selon un rapport publié par Reuters le 24 janvier, Levi Strauss & Co, en collaboration avec la School of Public Health de l’Université Harvard et le groupe de réflexion américain New America, envisagent de mettre au point un système de sécurité d’usine basé sur la blockchain.

Ce nouveau système éliminera vraisemblablement les auditeurs externes chargés de la sécurité et de la santé des usines et mettra en place une infrastructure d’auto-déclaration.

Dr Eileen McNeely, directrice de Harvard, a déclaré:

«Au cours des 25 dernières années, le travail dans les supply chains a été contrôlé principalement par des audits. Un système d’information distribué sur la blockchain qui va directement à la source offre une nouvelle solution. »

Comment fonctionnera le système?

Le système sera d’abord mis en œuvre dans les trois usines de Levi Strauss situées au Mexique, qui emploient 5 000 personnes. Selon les participants, la première étape cruciale consiste à placer l’enquête annuelle sur la blockchain afin de fournir une évaluation transparente des conditions de travail des usines.

L’enquête sera basée sur l’indice de la santé et le bien-être de la School of Public Health and Health Initiative for NetPositive Enterprise (SHINE)  de la Harvard T.H. Chan. Cet indice promeut une « référence universelle permettant d’évaluer le bien-être de la main-d’œuvre et les conditions qui l’élèvent dans tous les secteurs ». Selon New America, SHINE est mis en œuvre dans les usines de fournisseurs de Levi Strauss depuis 2015, près de 9 000 travailleurs ayant participé à l’enquête.

Allison Price, directrice exécutive de Blockchain Trust Accelerator chez New America estime que cela contribuerait à assurer la transparence et à garantir que les résultats de la blockchain ne soient pas manipulés.

Une autre opération pilote est prévue pour l’année prochaine. Ainsi, l’enquête annuelle sur la sécurité dans les usines se fera par la blockchain.

ConsenSys, une société en blockchain fondée par l’un des auteurs originaux d’Ethereum, Joseph Lubin, fournira la blockchain. Comme indiqué par Reuters, le système basé sur la blockchain sera financé par une subvention du Département d’État des États-Unis.

Selon le fondateur de Blockchain Trust Accelerator (BTA) chez New America, «Cette solution permettra de fournir une plate-forme sécurisée, normalisée, auditable et transparente grâce à laquelle les données d’enquêtes auprès des travailleurs peuvent être agrégées et analysées.

Il est évident que Levi entend tirer le meilleur parti des révolutions de la blockchain, à l’instar de plusieurs autres grandes entreprises du secteur.

Article similaire:

Les universités américaines construiront un réseau de paiement basée sur la blockchain

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close